Aller au contenu

Menu principal :

Le Potay

Propreté -Environnement > Les Coteaux
Août 2018 : la réponse de la Ville de Liège

Suite à notre intervention concernant le "campement", le Bourgmestre nous répond.

Découvrez cette réponse en cliquant ici.

Effectivement les tentes "ont été déplacées" vers le Pré du Baneux...

Solution cosmétique ? Solution durable ?  

Le Comité de quartier suit attentivement problème.
Le "camping" au Potay... que faire ?  Juin 2018




Nous avons interpellés les autorités communales ainsi que la presse, via un communiqué dont vous découvrirez le texte ci-dessous.
Nous vous tiendrons au courant des réactions...

Mesdames, Messieurs,
En tant que Comité de quartier de Saint-Léonard, nous avons été interpellés par les riverains du Parc du Potay, au sujet de la présence croissante des « campeurs sauvages ».
Ces interpellations expriment différents questionnements :
- la présence des chiens auprès des enfants (de la plaine de jeux et du parc),
- la propreté liée à la présence sans sanitaires d’adultes résidents sur place et de ces fameux chiens,…
Mais aussi un questionnement sur les conditions sociales et sanitaires dans lesquelles ces personnes vivent.

En tant que Comité de quartier nous nous sentons fort démunis par rapport à ces problématiques.

Si nous sommes d’accord pour dire que les différents acteurs vivant sur et autour du parc sont tous des habitants du quartier à part entière,
il est néanmoins urgent, à l’approche des grandes vacances, de trouver une solution harmonieuse
qui entend les craintes et interrogations des uns et respectent les autres dans leurs difficultés sociales et financières.

Nous nous tournons donc vers vous, professionnel-les de l’action sociale, pour prendre contact de façon urgente avec les campeurs et les riverains,
de manière à trouver une solution la plus adéquate possible.
Dans l’attente de lire votre réponse à ce courrier, nous tenons à vous exprimer nos meilleures salutations.
Le Comité de quartier Saint-Léonard.

Votre réaction ?  Envoyez un mail


Quel Avenir pour le Potay ?

Le constat

Petit espace situé aux pieds des Coteaux de la Citadelle, le Potay est un lieu de grande convivialité : pour preuve, l
a grande pelouse est occupée par les familles et autres pique-niqueurs dès qu'il fait beau.  
Mais c'est aussi un lieu de nuisances :
le terre-plein et les allées sont envahis par les autos ventouses dès le matin ….  Et c'est à la tombée de la nuit que cette zone pose un problème crucial d'envahissement pour les habitants : malgré les efforts des autorités, la population, souvent sans lien avec le quartier, qui s'y rassemble et qui y traine parfois toute la nuit, rend l'endroit invivable : bruits, nuisances, trafic de voitures, trafics illicites, agressions verbales, sentiment de zone de non-droit et surtout sentiment d'insécurité…


Les habitants, de ce coin qui devrait être paisible, ressentent trop souvent de l'insécurité.

La Ville, les Autorités tentent de trouver des solutions…  Nous sommes persuadés que des actions sont entreprises, mais malheureusement la situation est difficile et les moyens réduits.
Et malgré toutes ces tentatives, toutes ces réflexions, les habitants continuent à subir la situation

L'analyse du Comité de quartier

Nous avons été interpellés par le désarroi et le sentiment d'abandon des habitants du Potay…
Pour nous, deux problèmes importants sont à relever :

- Le parking des voitures ventouses
- Les nuisances nocturnes.

On ne pourra trouver une solution à cette situation qu'avec un travail de fond et transversal lié à la mobilité et au cadre de vie, avec une vision à long terme.


Exemples de solution


Notre proposition

Le Potay doit revenir aux habitants et aux citoyens respectueux.


L'arrivée du tram va poser un problème important pour le parking des riverains de la rue Feronstrée, rue Saint-Thomas et environs.  La Ville doit reconnaitre que ses habitants ont le droit de posséder un véhicule (comment attirer des jeunes ménages avec charge d'enfants sans véhicule ?).

Nous proposons dès lors la zone Potay soit TOTALEMENT réservée aux riverains.

Les modalités structurelles sont à discuter. Suivant le choix (parcmètre, bornes rétractables…) et la zone définie, c'est de 30 à 80 places de parking qui seraient rendues aux habitants.

Quels impacts ?


  • Les propriétaires de voitures ventouses pratiqueront, avec citoyenneté, le P+R et limiteront l'engorgement du Cœur historique ;

  • les habitants du quartier auront une partie de réponse quant à leur mobilité ;

  • la zone sera moins accessible aux perturbateurs nocturnes motorisés et rendra le site moins attrayant ;

  • l'espace à mobilité douce et au cadre de vie plus serein sera agrandi et les utilisateurs (étudiants, habitants) partageront une zone de convivialité.


Ensuite ?

Partant sur de nouvelles bases structurelles, les acteurs du terrain (autorités, associations, habitants,...) pourront entreprendre un travail de fond (prévention active, réalisation de projets associatifs, commerciaux, culturels).  
Des projets conjoints pourraient être mis en place à l'occasion comme nos cantonniers des Coteaux...

Une nouvelle structure, des objectifs, un projet de vie...

Retourner au contenu | Retourner au menu